Alliance en or et platine

Un jour, plus par curiosité qu’autre chose, Ben et Surzhanna poussent la porte de mon atelier avec une idée d’alliance très précise et qui ne manquait pas d’originalité ! C’est le moins qu’on puisse dire. Ils voulaient que deux lignes apparaissent sur leurs alliances. La première était celle de leurs profils. Ils s’étaient dessinés l’un l’autre et voulaient immortaliser ces courbes. La deuxième ligne était celle d'un sonagramme. Ben et Surzhanna s’étaient enregistrés en train de chanter une chanson russe qui leur tenait à cœur. Le son de leurs voix avait ensuite été traduit en un signal électromagnétique.

Pour que leur idée puisse se concrétiser, il fallait jouer sur les contrastes. La ligne du sonagramme est à l'extérieur de l'alliance, taillée dans un platine lisse, qui vient se superposer à de l'or martelé. Même principe à l'intérieur de l'anneau. La courbe des profils est en platine et bien visible grâce au contraste avec la couleur dorée. C'est ainsi que leur idée atypique a finalement pu se traduire en bijou.

Ces alliances ont été une de mes dernières créations à Pékin. Elles illustrent en partie à quoi ressemblait la vie dans cette ville incroyablement cosmopolite. Surzhanna est Russe et travaillait chez la styliste Kathrin Von Rechenberg. Benjamin est Français, spécialisé en agriculture urbaine. La communauté expatriée n'étant pas si grande que ça, c'est grâce au bouche à oreille que Ben et Surzhanna sont venus me voir. Leurs alliances sont aussi la rencontre de deux cultures, de deux âmes qui ont réussi à se retrouver dans ce vaste monde !

 

Bague de platine et grenat tsavorite

Une personne est venue me voir et m'a demandé de créer une bague pour elle. Quand on me laisse carte blanche, généralement je regarde la façon dont la personne est habillée, sa gestuelle, sa façon de parler et de se comporter. Je montre aussi des photos de bijoux que j'ai déjà réalisés. Ça aide vraiment mon interlocuteur à mieux visualiser le modèle de bague que j'imagine pour lui ou elle. J'ai présenté à cette cliente un grenat tsavorite qui lui a beaucoup plu. Ensuite, toujours en présence de cette personne, j'ai pris un papier, un crayon et j'ai rapidement esquissé la forme de la bague. Comme mon dessin semblait lui convenir, pour qu'elle se rende mieux compte des volumes, j'ai mis ce dessin en perspective. J'ai pris un morceau de cuivre que j'ai sculpté rapidement autour du grenat. J'ai ensuite fait une maquette et une fois que ma cliente a été satisfaite de tous les ajustements, je me suis attelé à la réalisation du bijou. Avec cette bague, j'ai voulu mettre en avant l'idée des forces en opposition, un peu à la façon du ying et du yang.

Bracelet en argent

J'ai fait ce bracelet pour Doris, une Américaine d'origine chinoise. Avant qu'elle ne quitte Pékin pour retourner aux États-Unis, elle a voulu que je lui crée un bijou en souvenir de notre amitié. À cette époque, j'étais professeur à l'Institut des Beaux-Arts de Pékin. J'enseignais à des étudiants chinois comment trouver un thème, comment créer une maquette à partir de ce thème puis comment passer à la réalisation. Doris avait été admise dans mon cours de bijouterie peu après qu'elle et son mari étaient arrivés en Chine. Notre intérêt commun pour la bijouterie, la joaillerie et le fait qu'elle était aussi expatriée nous avait rapproché.  

À cette époque, je faisais pas mal d'expérimentations. Je réalisais des bijoux-sculpture qui ressemblaient à des pattes d'oiseaux. Mes travaux ont plu à Doris et c'est la raison pour laquelle elle m'a demandé une création originale. Sachant qu'elle aimait la boxe et qu'elle voulait un volume imposant sur le bras, sans que soit trop lourd, j'ai eu l'idée de ce bracelet en argent. J'ai voulu développer le côté organique avec un fil carré. Les articulations sont fondues, raison pour laquelle ce bijou fonctionne un peu comme une calligraphie. Je devais être présent, être dans le bon rythme pour savoir quand fondre et à quelle distance placer les morceaux. Si on me demandait de faire le même bracelet aujourd'hui, je ne serais pas capable d'en reproduire un identique.

 
 

Bague de diamants et platine

Le mari de Dominique lui avait offert un diamant en pierre nue, c'est-à-dire non monté sur anneau. Après que ce dernier a quitté ce monde, en hommage à son époux, Dominique a voulu faire de ce diamant un bijou.  Après plusieurs dessins et maquettes nous sommes parvenus à ce résultat final. La bague est complétée par des diamants supplémentaires et toute la structure est en platine.

 

Broche-pendentif : Les fleurs de Nicolas

Nicolas est Anglais et organise des voyages en Corée du Nord. Le hasard a voulu que son bureau était juste derrière mon atelier. Sa compagne est Italienne, journaliste, le type de femme qui vit à 300 à l'heure. Comme Madame est aussi féministe, pour lui demander sa main, Nicolas s'est dit qu'il aurait plus de chance avec une non-demande en mariage. Les alliances étant exclues, Nicolas m'a demandé de créer une broche-pendentif en or, argent et diamants. Il voulait que je reproduise les fleurs qu'il dessine lui-même quand il laisse un message sur papier à sa dulcinée.

 

Bracelet en cuir et argent

Antoine est entré dans mon atelier par hasard, parce qu'il passait devant. Il a d'autant plus été piqué par la curiosité que ses parents étaient aussi bijoutiers et que son frère a suivi la même vocation. Antoine, lui, a répondu à l'appel du large. Néanmoins, il connait bien le monde de la bijouterie et de la joaillerie. Il aime le fait-main et est sensible aux beaux objets. Il possède un vieux gréement et le triangle en argent représente le foc de son bateau bombé par le vent. Le style est moderne, uniquement composé de lignes droites.

 

Bague en or et opale

Les joailliers ont toujours peur de travailler avec les opales. Des pierres très belles mais ô combien fragiles. Cette superbe opale est désormais bien protégée ! Pour cette bague, l'idée était d'opérer un équilibre des couleurs avec l'or, les diamants, les rubis et l'opale. J'ai voulu donner un côté naturel à cette création avec des courbes qui donnent la sensation de mouvement. J'ai procédé comme je fais toujours. Je commence avec un bout de matière que j'ai déjà sous la main, je joue avec et je vois ce qui se passe.

 

Alliance en platine et or pur

Peng est architecte, il est venu me voir avec une idée de pyramide inversée puis nous avons réfléchi ensemble à la meilleure façon de réaliser son projet. Finalement nous avons opté pour l'idée des alliances qui se clippent l'une dans l'autre. L'élément au centre est la bague de Gwen, avec cette fameuse pyramide inversée qui contient de l'or pur. L'alliance de Peng est à l'extérieur et les deux anneaux sont en platine.

 

Bague en or à 13 opales

Cécile est arrivée en me donnant un petit sachet qui renfermait des pierres. Dans ce pli il y avait 13 opales. Elle m'a dit : « Mon mon grand-père a ramené ces opales d'Australie pour les offrir à ma grand-mère. J'aimerais en faire quelque chose, est-ce que vous pensez que c'est possible ? » Nous avions deux options. Soit on se lançait dans une parure complète avec boucles d'oreilles, pendentif, collier et bracelet. Soit on partait sur l'idée d'une très grosse bague. C'est la deuxième idée que Cécile a retenue. J'ai fait une maquette où j'ai placé toutes les pierres dans de la cire pour qu'on puisse mieux se rendre compte des volumes et du poids. Cette bague est tout en or, donc assez lourde mais facile à porter. J'ai présenté la maquette à Cécile et elle a adoré le résultat. Le bon équilibre a été trouvé car il y a beaucoup de pierres, mais elles se fondent dans le métal qui est également très présent.

 

Alliances

Du platine, des empreintes digitales et des motifs géométriques pour Monsieur. Des motifs en arabesque et des empruntes digitales également pour Madame. Pour ces alliances, le thème de la complémentarité a été développé par effet miroir. Une partie des motifs de l'alliance masculine se retrouve mêlée aux motifs de l'alliance féminine et vice-versa.

 

Fibule à feuille d'or

Kathrin Von Rechenberg est une styliste allemande spécialisée dans les tenues en soie. Sarah, son employée, cherchait des idées de fibule pour une de leurs robes qui allait être présentée en défilé. Quand elle est venue me voir, Sarah avait déjà une idée très précise de la forme de la fibule. Mon travail consistait surtout à rechercher les matières adéquates. La feuille d'or au centre a permis de bien faire ressortir cet accessoire pendant le défilé. Avec un changement de dernière minute puisque j'ai dû transformer la fibule... en collier ! Finalement l'accessoire s'intégrait bien à la tenue car il était visible sans être trop présent. Il y a une dimension particulière avec le bijou de défilé qu'il n'y a pas avec les bijoux portés au quotidien. Comme le spectateur est assez éloigné du mannequin, je ne peux pas faire un bijou trop petit. À l'inverse, je ne peux pas non plus créer un accessoire trop massif qui empêcherait de mettre en avant le vêtement.

 

Bague pour noces d'émeraudes

Quoi de mieux qu'une bague majestueuse et originale pour célébrer 40 années de mariage ? Ces belles émeraudes sont petites, mais sont l'élément central qui met en valeur les autres éléments autour d'elles. Les pierres bleues sont des aigues marines. La perle de nacre blanche est assez imposante et de forme ovale. C'est une construction inhabituelle pour une bague, dans le sens où les perles, assez fragiles tout de même, ne se montent généralement pas sur anneau. Cette bague est en adéquation avec le style de vie de sa porteuse. Avant de créer un bijou, je demande souvent à quelles occasions il sera porté. Est-ce une bague destinée à la vie de tous les jours ? Ou sera-t-elle portée uniquement lors de festivités ?

 

Bracelet en or froissé

Pendant mon CAP, on avait demandé à mon maitre d'apprentissage de refaire un bracelet en laiton froissé. Il avait démonté le bijou pour comprendre sa structure et pour en reproduire une version identique, mais cette fois-ci, en or. Ça devait faire six mois que j'étais en apprentissage et ce bijou m'est resté en tête. Quelques années plus tard, j'ai voulu le reproduire et le résultat final n'a rien eu à voir avec l'original ! À ce moment-là j'ai réalisé que la mémoire et la personnalité créent des filtres. On pense que l'on peut imiter certaines choses alors que notre perception les a déjà interprétées et nous empêche de les voir de façon neutre. J'ai créé une première version de ce bracelet en argent que j'avais exposée dans un restaurant concept à Pékin (le Green Tea House). Visiblement ce bracelet a plu car par la suite j'en ai fait beaucoup. À la demande d'une cliente, j'ai réalisé une version en or que l'on voit sur cette photo. Ce bracelet est uniquement constitué d'une feuille de métal froissée à la main.

Broche en or et corail

Cette broche a été réalisée via une technique que peu de joailliers connaissent : le repoussé. J'ai commencé à utiliser cette technique au Vietnam puis j'ai continué en Chine. Dans la province chinoise du Yunnan, à Xinhua Cun, tout le village faisait du ciselage repoussé. Ce n'est pas qu'une technique asiatique, elle est présente également en Afrique, en Amérique mais aussi en Europe, même si sa pratique s'est raréfiée chez nous après le XVIIIe siècle. Le principe consiste à mettre en volume une feuille de métal d'un demi-millimètre d'épaisseur. La feuille est chauffée pour être travaillée au ciselet, un outil qui sert à pousser le métal. Quand le métal s'écrouit, c'est-à-dire qu'il se durcit, il devient difficile de modifier sa forme même quand on le chauffe à nouveau. Il faut donc user de bien plus de force, c'est là que réside la difficulté de la technique.

Quant à savoir comment m'est venue l'idée de cette broche, je la dois à une de mes clientes à Pékin. À cette époque je vendais mes pièces sur des marchés. Je réalisais pas mal de bijoux en fer et pierres de lune. Certaines de ces pièces avaient visiblement beaucoup plu à une cliente qui avait essayé de me retrouver par la suite, sans grand succès. Jusqu'au jour où elle tomba par hasard sur ma boutique. Non contente de sa découverte, elle est revenue rapidement avec un bout de corail et m'a donné carte blanche pour une création. Après dessin et maquette, nous nous sommes accordés sur cette broche. Le morceau de corail me faisait penser à une chevelure ou un ornement de tête. D'ailleurs, le mot bijou en chinois se dit shoushi, et signifie littéralement ornement de tête. L'inspiration est venue de là puis le travail a fait le reste.

 
 

Boucles d'oreille en or blanc, or jaune, diamants et perles des mers du sud

J'ai imaginé la forme de ces boucles d'oreilles de façon à ce que les perles au centre soient mobiles, non fixées au support. Je les avais exposées sur mon stand à l'occasion d'un marché et Winnie avait flashé dessus. Elle les avait essayées plusieurs fois mais, en proie à l'indécision, n'en avait finalement pas fait l'acquisition. Même scenario un peu plus tard et à trois reprises. Un jour au hasard des rues, je croisais Winnie et son mari. Nous avions commencé à discuter puis le téléphone de Winnie s'est mis à sonner. Alors qu'elle était happée par sa conversation, comme les fêtes de fin d'année approchaient, j'ai glissé à son mari : "Au fait, je sais ce que veut ton épouse veut pour Noël" ; )

 

Stylo plume or, argent et titane

Le "moteur" est d'origine : plume et système d'encre, mais j'ai travaillé l'enveloppe pour donner à ce stylo une touche d'originalité. Les techniques de bijouterie et joaillerie peuvent aussi s'appliquer à des objets du quotidien pour les sublimer et en faire des pièces uniques.

 

Bague art déco émeraude, diamants et platine

Voilà un classique dont je ne me lasserai jamais. Épurée, simple, la bague art déco permet vraiment de mettre la pierre en valeur. Ici, la forme traditionnelle est respectée, j'ai simplement ajouté un peu de ma touche personnelle dans la dynamique des lignes.

 

Bague toi et moi en or et diamants

Voici un toi et moi revisité à partir de plusieurs bijoux existants. Une cliente est venue me trouver avec une boucle d'oreille dépareillée, une bague en or, une alliance avec des diamants et d'autres bijoux cassés. Elle voulait savoir s'il était possible de "recycler" tous ces bijoux de valeur en un seul. La principale difficulté consistait à assembler de façon harmonieuse des pierres qui n'avaient pas du tout les mêmes dimensions. Mais avec un peu d'idée, quelques croquis et des maquettes, le résultat est au rendez-vous.

 

Collier en nacre, opale et titane

J'étais en visite à Shanghai et un ami Néo-zélandais m'a donné un morceau de nacre. Cette nacre bleutée est unique à la Nouvelle-Zélande, on la doit aux ormeaux qui vivent sur ces côtes. Partant sur le thème des nuances de couleurs, j'ai relié par un fil en titane la nacre et une perle d'opale. Sous l'effet de la chaleur, le titane s'oxyde et c'est ce qui lui donne ces couleurs chatoyantes. Grâce à ce procédé on parvient à une harmonie entre ces trois matières.

 

Mélanges

Il s'agit ici d'une construction esthétique alliant or, argent, bois, titane, ambre et rubis avec quelques diamants et saphirs jaunes. Je suis parti d'une base en argent appelée la douille, puis j'ai construit la bague autour en posant les différentes matières.

 

Bracelet en argent avec bouton en titane

Bijou pour homme où le fermoir consiste en un élastique qui vient se fixer autour du bouton en titane. Cette création est la deuxième version d'un bracelet qui avait servi de base à de futures pièces. En général, ce sont les demandes de mes clients et la maîtrise de certains gestes qui me permettent d'innover. Le procédé créatif est empirique. Il y a ce qu'on apprend en début de formation et ce qu'on apprend sur le chemin.